Actualités

Avocat adoption Marseille

L'adoption est tout autant une aventure juridique, qu'elle est une aventure humaine.

Après très souvent, un long parcours d'assistance médicale à la procréation, après de nombreux entretiens pour obtenir l'agrément autorisant l'adoption, après la rencontre avec l'enfant, la plupart du temps à l'étranger, après l'adaptation de l'enfant auprès de ses parents adoptifs, la consécration : l'adoption plénière en France.

Votre avocat, Karine TRILOFF, praticien de l'adoption, connait bien ces questions.

Inscrit au Barreau de Marseille, votre avocat intervient auprès du Tribunal de Grande Instance de Marseille, seul compétent en matière d'adoption internationale dans tout le ressort de la Cour d'Appel d'Aix en Provence.

Mais votre avocat en droit de la famille vous représentera également dans votre demande d'adoption simple de l'enfant de votre conjoint, ou de toute autre personne avec laquelle vous avez des liens très forts.

De Manière, générale, en technicienne de l'adoption, votre avocat compétent en matière d'adoption, sera un allier indispensable dans la construction de cette filiation adoptive tant attendue.

J'ai adopté mon enfant à l'étranger : quelle est la valeur de cette adoption en France ?

Les adoptions internationales sont soumises aux dispositions de la convention de la Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d'adoption internationale, si le pays d'origine de l'enfant a signé ladite convention, si l'enfant est mineur, et, s'il y a un déplacement de l'enfant du pays d'origine vers le pays d'accueil.

Cette adoption sera alors soumise à un contrôle simplifié de la part du Procureur de la République de Nantes. Votre avocat intervenant en matière d'adoption basé à Marseille, Karine TRILOFF, en tant que technicien de l'adoption vous expliquera que l'adoption internationale pourra faire l'objet d'une transcription directe sur les registres de l'état civil à la condition que l'adoption prononcée à l'étranger produise les mêmes effets qu'une adoption plénière qui serait prononcée en France, à savoir qu'elle rompe totalement les liens avec la famille biologique de l'enfant.

Votre avocat vous indiquera qu'à défaut, l'adoption pourra toujours produire les effets d'une adoption simple en France, qui permettra notamment à l'enfant d'obtenir la nationalité française.

Si le pays d'origine de l'enfant n'a pas signé la convention de la Haye, ou qu'une des conditions exigée par la convention n'est pas remplie (minorité et/ou déplacement de l'enfant) la transcription de l'adoption internationale sera possible à la condition qu'elle ait pour effet de rompre les liens avec la famille biologique de l'enfant, cette fois, de manière totale et définitive, sans possibilité de révocation.

Enfin si le pays d'origine ne prononce pas de jugement d'adoption ou ne connaisse pas l'adoption plénière, les adoptants se rapprocheront de Maître TRILOFF pour diligenter soit une procédure d'adoption plénière en France, soit, demander la conversion de l'adoption simple prononcée à l'étranger en adoption plénière, là encore, à condition que le consentement donné l'ait été en faveur d'une rupture totale et/ou définitive du lien de filiation préexistant.

Votre Avocat compétent en matière d'adoption installé à Marseille, Karine TRILOFF, mettra en ouvre ces deux procédures devant le Tribunal de Grande Instance de Marseille, seul compétent en matière d'adoption internationale dans tout le ressort de la Cour d'Appel d'Aix en Provence.

Comment adopter l'enfant de mon époux(se)?

Karine TRILOFF, avocat inscrit au Barreau de Marseille, connait bien ces questions ; elle vous accompagnera dans cette adoption de l'enfant de votre conjoint qui officialise une situation de fait déjà existante lorsque des liens forts vous unissent aux enfants de votre époux(se). L'adoption va alors créer un lien de filiation entre vous et l'adopté.

Cette adoption peut produire les effets d'une adoption plénière dans des situations bien précises : lorsque l'enfant n'a qu'un lien de filiation établi avec le conjoint, ou lorsque l'autre parent que le conjoint s'est vu retirer l'autorité parentale, ou lorsque l'autre parent que le conjoint est décédé sans laisser d'ascendants ou que ces derniers se désintéressent de l'enfant.

Comme dans toute adoption plénière l'enfant doit avoir moins de 15 ans.

Dans tous les autres cas l'adoption de l'enfant du conjoint sera une adoption simple, et l'autre parent que le conjoint devra consentir à cette adoption.

Pour cette procédure qui se diligente devant le Tribunal de Grande Instance d'adoption l'obtention d'un agrément préalable n'est pas nécessaire.

Puis-je adopter cette personne avec laquelle j'ai des liens particuliers ?

Il est possible d'adopter une personne majeure avec laquelle des liens particulièrement forts se sont tissés depuis de longues années si bien que cette personne est considérée comme un membre de la famille, un descendant.

Cette procédure sera initiée par votre Avocat devant le Tribunal de Grande Instance. Karine TRILOFF, inscrit au Barreau de Marseille, et praticien de l'adoption, notamment dans tout le ressort de la Cour d'Appel d'Aix en Provence, vous représentera dans le cadre de cette procédure gracieuse.

Une fois prononcée, l'adoption simple du majeur créera un lien de filiation entre l'adoptant et l'adopté qui aura des conséquences à la fois personnelles et patrimoniales.

Il s'agira la plupart du temps de concrétiser et de renforcer juridiquement une situation de fait déjà existante.

Contact

Consultez également